Le laboratoire d’idées de la reconstruction écologique et républicaine

Souveraineté numérique : quels enjeux pour la présidentielle 2022 ?

Sommaire

    Souveraineté numérique : quels enjeux pour la présidentielle 2022 ?

    Nous vous donnons rendez-vous ce samedi 15 janvier pour une journée de réflexion sur les enjeux politiques de la souveraineté numérique, liés notamment à la menace des géants du numérique mais aussi aux nombreuses difficultés rencontrées pour mener une politique industrielle ambitieuse à l’échelle nationale et européenne.

    L’événement est co-organisé par Le Vent Se LèveLe Vent du Changementl’Institut Rousseau et le Portail de l’Intelligence Économique.

    Au programme : quatre tables rondes qui balaieront les enjeux géopolitiques, démocratiques, et écologiques que charrient désormais les choix industriels et politiques en matière de numérique.

     

    ➜ Table ronde n°1 : Géopolitique du numérique | 9h30-11h

    Les GAFAM sont-ils autre chose que le versant numérique des enjeux géopolitiques contemporains, ou contribuent-ils à les modifier ? Il est aujourd’hui clair que les GAFAM ne sont aucunement des entités non-étatiques. Dans quelle mesure sont-ils l’instrument de la géopolitique des États, et comment contribuent-ils à influer celle-ci ? Il s’agit dans cette conférence de désenchanter la vision naïve des GAFAM qui prédomine, comme une production technologique immanente issue de la coopération entre États et entreprises : montrer l’ensemble des rapports de force qui sont à l’oeuvre… et l’accroissement de la domination des centres géopolitiques sur les périphéries, que permet la constitution de « centres numériques » par rapport à des « périphéries numériques ».

    Avec les interventions de :

    • Tariq Krim, Entrepreneur et pionnier du web français. Fondateur de netvibes, jolicloud et polite. Initiateur du mouvement slow web. Ancien vice président du Conseil national du numérique.
    • Ophélie Coelho, Chercheuse indépendante spécialiste des enjeux de la géopolitique du numérique, membre du conseil scientifique de l’Institut Rousseau.
    • Clotilde Bômont, Chercheure au centre de recherche et de formation GEODE et doctorante à l’Université Panthéon-Sorbonne
    • Jean-Paul Smets, PDG de Rapid.Space, co-fondateur de l’alliance Euclidia, fondateur de Nexedi et créateur du logiciel libre « ‘ERP5 ».
     
     
     

    ➜ Table ronde n°2 : Démocratie et numérique | 11h30-13h

    Les nouvelles technologies de l’information et de la communication numérique bouleversent les stratégies et tactiques conventionnelles du marketing et de la mobilisation politique. Qu’on songe à l’influence des réseaux sociaux révélé par l’affaire Cambridge analytica ou aux logiques de désintermédiation apparentes entre leader politique et électeurs à l’image de ce que font Alexandria Ocasio-Cortez, Barack Obama, Emmanuel Macron, Donald Trump et Salvini, notre époque impose de nouvelles grilles d’analyse des relations entre sphère publique et conquête du pouvoir à l’ère numérique. Un des problèmes les plus criants auxquels nous sommes aujourd’hui confronté est la crise que ces technologies provoquent dans le modèle jusqu’alors dominant de conception de la démocratie : la parole journalistique auparavant garante d’une relation transparente et critique avec les différentes formes de pouvoir politique, semble aujourd’hui secondarisé par rapport aux nouvelles formes d’interactions et commentaires massifiés des réseaux sociaux.

    Avec les interventions de :

    • Diana Filippova, Romancière et essayiste, auteure de Technopouvoir. Dépolitiser pour mieux gouverner, (Les liens qui libèrent, 2019).
    • Fabienne Greffet, Maître de conférence en Sciences Politiques, spécialiste des campagnes électorales en ligne et du militantisme numérique.
     

    ➜ Table ronde n°3 : Droit, régulation et extraterritorialité | 14h-15h30

    Le modèle américain de projection juridique de sa puissance sur les territoires étrangers semble aujourd’hui dépendre pour l’essentiel de l’hégémonie mondiale des gafam. L’affaire Pierucci, l’affaire Snowden et le récent scandale des écoutes d’informations transitant par les câbles sous-marins scandinaves ou encore le système de paiement électronique SWIFT, dessinent toutes le contour d’une crise du modèle unipolaire post-89. Face au rapport de force entre les blocs numériques russes et chinois, nous assistons impuissants à un alignement passifs des États nations européens sur l’idée éculée d’un nouveau monde libre suivant une vision naïve des rapports de force en jeu, et qui laisse de nombreux citoyens insatisfaits en regard de la violence que l’allié américain impose à la souveraineté industrielle et numérique de ces États. Quelles solutions alternatives ?

    Avec les interventions de :

    • Frédéric Pierucci, Fondateur du cabinet de consulting Ikarian en compliance et prévention de la corruption, ancien cadre dirigeant d’ALSTOM et auteur du Piège américain (JC Lattès, 2019).
    • Juliette Alibert, Avocate spécialisée dans les Droits de l’Homme, affiliée à la Maison des lanceurs d’alerte et au collectif Interhop.
    • Jean-Baptiste Soufron, Avocat spécialisé dans la défense des droits numériques, ancien secrétaire général du Conseil national du numérique.
     
     
     

    ➜ Table ronde n°4 : Écologie et numérique | 16h-17h30

    La « transition numérique » est-elle réellement compatible avec la transition écologique ? L’impact environnemental du numérique est longtemps demeuré une tâche aveugle de l’écologie politique. Aujourd’hui, il n’est plus possible de nier que l’industrie du numérique contribue à l’accroissement de C02 dans l’atmosphère – que l’on pense à l’énergie consommée par les serveurs informatiques ou aux conditions polluantes dans lesquelles s’effectue l’extraction de métaux rares. Dans ces conditions, comment penser une réorganisation de l’industrie numérique soumise à une régulation environnementale ? Un tel changement de paradigme est-il concevable dans un monde où les chaînes de valeur sont globalisées et dominé par une technologie numérique américaine ?

    Avec les interventions de :

    • Gauthier Roussilhe, Chercheur spécialisé dans les enjeux environnementaux de la numérisation.
    • Richard Hanna, Chargé de mission interministérielle numérique écoresponsable à la DINUM.
    • Adrien Jahier, Consultant et auteur d’une note pour l’Institut Rousseau sur la sobriété numérique.
     
     
     
     

    Infos pratiques

    Quand ? Le samedi 15 janvier 2022, toute la journée.

     Où ? À l’Université Panthéon Assas, 12 Place du Panthéon, 75005, Paris – Amphithéâtre IV.

    Un passe sanitaire valide vous sera demandé pour accéder au lieu des conférences.

    Autres événements

    09 mars 2022 18h30

    2 % POUR 2 C° !

    Combien faudrait-il investir pour atteindre la neutralité carbone en France en 2050 ? L’Institut

    Conférence
    15 janvier 2022

    Souveraineté numérique : enjeux géopolitiques

    Première table ronde d’une journée de conférence dédiée à la souveraineté numérique, dans le

    15 janvier 2022 9h30-17h

    Souveraineté numérique : quels enjeux pour la présidentielle 2022 ?

    Nous vous donnons rendez-vous ce samedi 15 janvier pour une journée de réflexion sur les enjeux politiques

    Conférences

      Partager

      EmailFacebookTwitterLinkedInTelegram

      Télécharger en pdf

      Laissez-nous votre email pour télécharger nos travaux

      Télécharger en pdf

      Laissez-nous votre email pour télécharger nos travaux

      Télécharger en pdf

      Laissez-nous votre email pour télécharger nos travaux

      Télécharger en pdf

      Laissez-nous votre email pour télécharger nos travaux