Le laboratoire d’idées de la reconstruction écologique et républicaine

Souveraineté numérique : enjeux géopolitiques

Sommaire

    Souveraineté numérique : enjeux géopolitiques

    Première table ronde d’une journée de conférence dédiée à la souveraineté numérique, dans le cadre des présidentielles 2022, les intervenants Ophélie Coelho, Tariq Krim, Jean-Paul Smets et Clothilde Bômont abordent ici les enjeux géopolitiques. 

    Voir la conférence

     

    Recension par Techologie, à lire en ligne ici :

     

    « Pour Ophélie Coelho, chercheuse indépendante spécialiste des enjeux de géopolitique du numérique, aborder le concept de souveraineté numérique nécessite d’abord de prendre en considération les interdépendances entre acteurs techniques et industriels. Celles-ci concernent tout autant la chaîne de fabrication des réseaux physiques, les infrastructures de stockage et la couche logicielle que les terminaux qui rendent possible notre vie numérique. Parfois, les dépendances touchent au territoire : les pays enclavés comme la Suisse ou le Burkina Faso dépendent des pays frontaliers pour leur accès aux câbles sous-marins; les territoires européens riches en eau ou ayant accès à la mer du nord, comme la France ou la Finlande, sont des lieux favorables à l’installation de nouveaux serveurs… Malheureusement, l’écosystème fait face à de très grandes disparités de pouvoirs et de dépendances :  l’essentiel du trafic internet mondial passe par les centres de données loués ou appartenant aux Big techs, qui investissent également dans les infrastructures physiques tels que les câbles sous-marins. En tant que simples clients de plateforme, nous ne parvenons pas à les réguler par le droit, et restons soumis à ces acteurs devenus très puissants, qui peuvent peser sur notre capacité d’autodétermination. Ainsi, plutôt que de rester sur une logique unique de régulation fondamentalement basée sur le principe de confiance, l’enjeu crucial est de mieux gérer nos dépendances en mettant en place une réelle stratégie dédiée à la maîtrise des technologies clefs. 

    Selon Clotilde Bômont, chercheure au centre de recherche et de formation GEODE et doctorante à l’Université Panthéon-Sorbonne, il n’y a pas de définition neutre pour la souveraineté numérique. Cela ne peut être qu’une définition qui s’intéresse à plusieurs facteurs :

    – stratégique : s’affirmer sur la scène internationale ;

    – économique : l’Europe n’en profite pas. Les données ne profitent qu’aux géants du web américains. Rien d’anecdotique, l’argent qu’aspire les GAFAM en Europe sans retour fiscal permet aujourd’hui de manière indirecte de financer les retraites américaines.

    – éthique, civique et moral : influence des Big Tech, les États devenant des « colonies numériques ».

    Pour Tariq Krim, entrepreneur pionnier du web français et initiateur du mouvement « slow web », le problème en France dure depuis des décennies et se résume par l’incompétence des dirigeants français, nourris aux benchmarks des cabinets de conseil, sans jamais de réelle stratégie numérique. Pire encore, il y a une attirance exclusive et malsaine pour tout ce qui brille. Et donc tout ce qui vient des États-Unis. Exemple marquant, la réception en 2019 par Macron de Zuckerberg , comme un chef d’Etat pour une réunion… « Tech for good ».

    Aujourd’hui, quand on parle de souveraineté numérique, on pense plus souvent au cloud qui est d’abord du logiciel et non pas du matériel comme on aurait tort de le penser. Lorsque le logiciel est rôdé, il devient aisé de le vendre et les services qui vont avec.

    Sorti en mai 2021 et annoncé en grande pompe par le Gouvernement, le « Cloud de confiance », est un label pour adopter les solutions de cloud américaines avec des gardes-fous minimum : un gestionnaire de compte français (ne riez pas !). Un des projets emblématiques sur ces questions de souveraineté c’est bien sûr le Health Data Hub, la base de données agrégeant des données pseudonymisées de santé des français à des fins de recherche et propulsé par des solutions Microsoft Azure. 

    Contrairement à ce qui « est vendu », cette dépendance aux GAFAM est non réversible. C’est un acte manqué de financer les acteurs français ou européens. On ne donne ni le temps, ni les moyens aux acteurs européens de mettre en place des solutions souveraines. De plus, les acteurs choisis pour implémenter un Cloud souverain sont à chaque tentative, des grands groupes qui n’y connaissent rien alors que de petits acteurs compétents et même spécialistes du sujet sont snobés. Sans compter que les grands groupes attirent dans leur rang les meilleurs ingénieurs, débauchés aux PME ce qui génère une déstabilisation du marché de l’emploi. Qu’est devenu le « Cloud souverain » d’Orange et SFR subventionné par de l’argent public ? Revendu à Huawei et Red Hat.

    Pour Jean-Paul Smets, co-fondateur de l’alliance Euclidia, un autre problème est que les grands groupes notamment français ne jurent que par les solutions des GAFAM : elles ne demandent qu’exclusivement du GCP (Google), de l’AWS (Amazon) ou de l’Azure (Microsoft). Le choix des systèmes d’exploitation et logiciels libres parait encore dans ce contexte comme un acte militant.

    Enfin, un problème majeur de souveraineté numérique est dans la non-maîtrise des technologies. On forme de moins en moins d’ingénieurs et de plus en plus de techniciens de plateforme. En devenant des spécialistes des technologies créées par les GAFAM, les développeurs clouds, mais aussi toute une catégorie de métiers du webmarketing, deviennent à leur tour dépendants de ces entreprises pour leur accès au marché du travail. »

     

    -> Lire toute la newsletter Techologie

     

     

    Autres événements

    09 mars 2022 18h30

    2 % POUR 2 C° !

    Combien faudrait-il investir pour atteindre la neutralité carbone en France en 2050 ? L’Institut Rousseau fait écho au rapport du GIEC, publié le 28 février, sur les conséquences concrètes du changement climatique en proposant un véritable plan de financement à la hauteur des enjeux climatiques. 23 expertes et experts ont chiffré les investissements publics et […]

    Conférence
    15 janvier 2022

    Souveraineté numérique : enjeux géopolitiques

    Première table ronde d’une journée de conférence dédiée à la souveraineté numérique, dans le cadre des présidentielles 2022, les intervenants Ophélie Coelho, Tariq Krim, Jean-Paul Smets et Clothilde Bômont abordent ici les enjeux géopolitiques. Voir la conférence Recension par Techologie, à lire en ligne ici : « Pour Ophélie Coelho, chercheuse indépendante spécialiste des enjeux […]

    15 janvier 2022 9h30-17h

    Souveraineté numérique : quels enjeux pour la présidentielle 2022 ?

    Nous vous donnons rendez-vous ce samedi 15 janvier pour une journée de réflexion sur les enjeux politiques de la souveraineté numérique, liés notamment à la menace des géants du numérique mais aussi aux nombreuses difficultés rencontrées pour mener une politique industrielle ambitieuse à l’échelle nationale et européenne. L’événement est co-organisé par Le Vent Se Lève, Le Vent du Changement, l’Institut Rousseau et le […]

    Conférences

      Partager

      EmailFacebookTwitterLinkedInTelegram

      Télécharger en pdf

      Laissez-nous votre email pour télécharger nos travaux

      Télécharger en pdf

      Laissez-nous votre email pour télécharger nos travaux

      Télécharger en pdf

      Laissez-nous votre email pour télécharger nos travaux

      Télécharger en pdf

      Laissez-nous votre email pour télécharger nos travaux