Le laboratoire d’idées de la reconstruction écologique et républicaine

Le laboratoire d’idées de la reconstruction écologique et républicaine

La BCE alerte : ne pas agir pour le climat pourrait laminer l’économie européenne

Sommaire

    Accueil > La BCE alerte : ne pas agir pour le climat pourrait laminer l’économie européenne

    Sommaire

      La BCE alerte : ne pas agir pour le climat pourrait laminer l’économie européenneLa Banque centrale européenne (BCE) a publié, mercredi 22 septembre, les résultats de son premier stress test climatique. Sans mesures fortes, le PIB pourrait être, en 2100, de 10 % inférieur à ce qu’il serait dans un scénario de transition ordonnée.

      Auteurs

      Le rapport est technique, mais la Banque centrale européenne (BCE) adresse aux gouvernements un message éminemment politique, les pressant d’agir au plus vite pour enclencher la transition vers une économie zéro carbone.

      L’institution de Francfort a publié, mercredi 22 septembre, les résultats de son tout premier stress test climatique appliqué à l’économie européenne. L’exercice consistait à tester l’impact du changement climatique sur plus de quatre millions d’entreprises dans le monde et sur 1 600 banques de la zone euro. La conclusion en est qu’« il est essentiel d’opérer une transition précoce et progressive, afin de pouvoir atténuer le coût de la transition verte et l’impact futur des catastrophes naturelles », a déclaré Luis de Guindos, vice-président de la BCE, dans un communiqué accompagnant la publication de l’étude.

      Deux risques ont particulièrement été identifiés. Le premier est physique, lié à l’augmentation de la fréquence et de l’ampleur des catastrophes naturelles. Les usines de production situées dans des zones exposées aux risques naturels, par exemple près des rivières ou en bord de mer, et donc sujettes aux inondations, pourraient alors subir des dommages importants. « Ces dommages pourraient interrompre le processus de production à court terme et potentiellement conduire à la faillite de l’entreprise à plus long terme », note la banque centrale. Le second consiste en un risque de transition, celui du coût de l’introduction de politiques coercitives pour réduire les émissions de CO2, en particulier pour certaines industries fortement émettrices. Ces industries carbonées (exploitation minière, extraction de combustibles fossiles, métallurgie, etc.) devraient supporter des charges considérables pour réduire ces émissions, « ce qui augmenterait leur probabilité de défaillance à court ou moyen terme », souligne la BCE.

      Lire la suite de l’article sur Le Monde.

      Les cookies utilisés ici servent principalement à afficher et à gérer les éléments du site (cookies fonctionnels). Nous utilisons également le service Matomo Analytics - statistiques éthiques afin de mieux connaitre notre audience (données conservées sur nos serveurs OVH en France). En savoir plus
      Accepter
      Refuser

        Partager

        EmailFacebookTwitterLinkedInTelegram

        Télécharger en pdf

        Laissez-nous votre email pour télécharger nos travaux

        Télécharger en pdf

        Laissez-nous votre email pour télécharger nos travaux

        Télécharger en pdf

        Laissez-nous votre email pour télécharger nos travaux

        Télécharger en pdf

        Laissez-nous votre email pour télécharger nos travaux